La pelouse : une réserve d'oxygène insoupçonnée et un frein au réchauffement climatique

Tout le monde reconnaît le rôle essentiel que jouent les arbres dans la captation du carbone et la libération d'oxygène dans l'air. Sans arbres, la vie sur terre serait impossible. Qu'en est-il de la pelouse?

Une étude de l'Université du Michigan démontre qu'une surface gazonnée pourrait être un aussi bon fournisseur d'oxygène qu'une forêt. En effet, l'apport en oxygène d'un écosystème est lié à son taux de fixation du carbone. Ainsi, les estuaires, les marais et les forêts tropicales humides sont les grandes championnes pour fournir de l'oxygène, et ce n'est pas sans raisons qu'on les appelle les poumons de la terre. Toutefois, non loin derrière, on trouve les forêts, les terres agricoles et les étendues de graminées, dont font partie les pelouses.

À ce titre, un terrain résidentiel moyen, doté d'une surface gazonnée de 230 mètres carrés absorbe le dioxyde de carbone et libère toute l'oxygène nécessaire pour faire vivre une famille de 4 personnes. Puisque l'apport en oxygène est directement lié à la quantité de carbone fixé par les plantes, plus on garde son gazon long, plus il est « oxygénant »!

Les avantages écologiques d'une pelouse ne se limitent pas qu'à son apport en oxygène. Comme les arbres et les arbustes en milieu urbain, la pelouse a aussi un impact positif sur la lutte aux impacts des îlots de chaleur. Si l'on compare une surface gazonnée à un parc de stationnement, la température de l'air au-dessus de ce dernier est de 1 à 2 degrés Celsius supérieure à celle aux abords d'une pelouse. Ceci amène à développer de nouvelles approches en matière de recouvrement du sol dans les espaces réservés aux voitures, comme l'utilisation de pavés perméables ou des grilles de renforcement de pelouse.

De plus en plus de centres commerciaux dotés d'espaces de stationnement qui ne servent que quelques semaines par année considèrent les grilles de renforcement comme une excellente alternative au recouvrement d'asphalte. Il en va de même pour les cours d'école qui ont tout avantage à augmenter leurs surfaces vertes, ne serait-ce que pour le bien-être des enfants. En plus de limiter les surfaces asphaltées, ces pelouses nouveau genre améliorent du coup l'allure esthétique et participent de manière concrète à la lutte contre le réchauffement climatique.

Enfin, les surfaces gazonnées ont aussi un impact significatif sur les eaux de ruissellement. Plutôt que d'être directement lessivées vers les systèmes de canalisation et les cours d'eau, les eaux absorbées par la pelouse sont ainsi filtrées et purifiées avant d'atteindre les nappes souterraines.

La pelouse a donc un effet positif indéniable sur l'environnement et on a tout avantage à la privilégier aux matériaux synthétiques et aux recouvrements imperméables.

 

Pour trouver un producteur, un détaillant ou un fournisseur de services au Québec :

 

Sources :

Anonyme. 2011. Does grass alone produce enough oxygen for life?. Skeptics – Forum de discussion scientifique. Consulté en ligne.

Anonyme. How Turfgrass affects the Environment. Turfgrass producers international. Consulté en ligne.

Tyler Miller, G. Jr. 2008. The Flow of Energy: Primary Production to Higher Trophic Levels. Regents of the University of Michigan.

 

Beauté   Environnement   Santé et qualité de vie   Économie